Pages

Une dynastie chinoise, la dynastie Zhou

La dynastie Zhou fut la dynastie la plus longue de l'empire chinois, elle dura presque un millénaire et compta 35 empereurs. Son fondateur Ji Fa fonda sa première capitale dans la cité de Hao, dans l'actuelle province du Shaanxi.

La première période de cette dynastie, de sa fondation jusqu'à l'an -771, est dite des Zhou occidentaux. L'un des grands rois de cette période semble avoir été le roi Mu Wang, qui aurait régné entre -1001 et -947.

Sous les Zhou orientaux, le pouvoir des empereurs fut de plus en plus symbolique et les principautés vassales devinrent pratiquement des royaumes indépendants, entraînant le morcellement de la Chine.

Pingwang, régna de -771 à –721. Après avoir déplacé sa capitale et s'être installé à Luoyang, il maintint le mode de gouvernement des Zhou de l’Ouest. Cependant, il répartit son territoire en sept provinces héréditaires. À la tête de chaque province, il plaça un des alliés qui l’avait aidé à conquérir le pouvoir. À la mort de chaque prince, la province était partagée entre tous ses fils : la Chine d'alors est morcelée.

Ce fut la période des « Printemps et Automnes », jusqu'en -481, a cette époque la Chine est donc soumise à un régime féodal. Les rois de la dynastie des Zhou ne contrôlent directement qu'un petit domaine royal, centré sur leur capitale (l'actuelle Luoyang). Partout ailleurs, le pouvoir est exercé par la noblesse, au travers de fiefs. On compte, au huitième siècle, plusieurs centaines de petits États vassaux des Zhou, dirigés par des princes héréditaires, soit membres du même clan que les Zhou (dans toute la Chine centrale), soit familles alliées, soit potentats locaux.

Les plus grands de ces États sont appelés princes feudataires, la tradition en compte douze. Ils se réunissent régulièrement et signent des traités, où sont décidées les expéditions militaires (contre des peuples étrangers ou des nobles rebelles) qu'ils mènent au nom de la maison royale. Au fil des années, les grands États tendent à annexer, ou réduire à l'état de vassal, les plus petits. A la fin du sixième siècle, la plupart des petits États du début de la période ont disparu, le pouvoir des princes féodaux les plus puissants est considérablement renforcé, rendant de plus en plus théorique la suzeraineté des Zhou. Au sud, les princes de Chu et de Wu se proclament rois, affirmant ainsi leur indépendance vis-à-vis des Zhou. Des guerres éclatent entre États puissants, contre lesquelles l'ancien système (qui reposait sur des traités entre princes) se révèle inefficace. Au Jin, où six grandes familles se disputent la prééminence, provoquant une guerre civile et la partition de cet État en trois.
Vers le milieu du cinquième siècle, le système féodal mis en place par les Zhou n'est plus réellement appliqué en pratique. On entre dans la période des Royaumes Combattants .

La période des Royaumes Combattants s'étend du Ve siècle av. J.-C., à l'établissement de la dynastie des Qin, en -221. Elle consacre l'affaiblissement de la dynastie Zhou et le renforcement du pouvoir des princes féodaux. Apartir du milieu du cinquième siècle, sept grands états émergent (Chu, Han, Qi, Qin, Wei, Yan, Zhao), qui s'affranchissent progressivement de la tutelle des Zhou, et se livrent des guerres incessantes. C'est une époque de crise politique et morale et de profonde anarchie.

Avec la disparition prévisible des Zhou, la conquête de la Chine devient envisageable pour les plus grands royaumes. Chu semble tout d'abord avoir l'avantage. Il conquiert Yue en -334, puis Song en -286, et enfin Lu en -249. Mais Qin, sous l'effet des réformes légistes de Shang Yang, se révèle rapidement le plus puissant des sept royaumes qui se partagent la Chine au début du troisième siècle.

En -256, le dernier roi des Zhou cède son territoire à Qin, qui se lance à la conquête du pays. Han est conquis en -230, Wei en -225, Chu en -223, Zhao et Yan en -22, et Qi en -221, établissant la Dynastie Qin.

1 commentaire:

Aurélien a dit…

Et bien voilà qui me permet de mieux situer les enseignements de Confucius... Ne connaissant rien de l'Histoire de la Chine, je ne comprenais pas comment Confucius avait pu connaître autant d'Empereur. Je comprends désormais que la Chine avait été divisée, ce qui explique les Empereurs Song, Yue et autres... Merci beaucoup pour cet apport !